Journées de la Solidarité

Genèse de l’idée

C’est en visionnant le film de Mathilde Syre « Champ de luttes, semeurs d’utopie » que l’idée a germé.
En effet dans le film on voit des maraichers s’organiser pour se retrouver une fois par mois chez un du groupe pour faire un chantier collectif de désherbage ou d’arrachage. Le mois suivant ce sera chez un autre que tous se retrouveront dans la convivialité et l’échange.
Par ailleurs en 2020 nous nous sommes retrouvés en deux ou trois occasions chez Maud et Jean François Escoffier pour donner des coups de main à la ferme (arrachage des chardons avant moisson et battage des épis réservés à la semence).

Nous savons que pour assurer des cultures en bio (sans phytosanitaires, désherbants chimiques) certaines opérations sont gourmandes en main d’œuvre et peuvent en rebuter certains (ex. désherbage des carottes).

Et si nous organisions des journées de la solidarité entre ville et campagne ?

Principe

Nous pourrions proposer à des sympathisants de Terre d’Union et d’autres assos (FNE, Colibris, Transition citoyenne, Fermaculture...) de s’inscrire sur des listes de bénévoles (bénévoles d’un jour ou récurrents) pour ce type de tâches et d’organiser avec les agriculteurs intéressés ces journées d’entraide.
A eux de nous dire quel type de chantier, quand, combien de personnes souhaitées, quel équipement, combien d’heures...
Nous serions en charge de la logistique (lieu de rendez vous, covoiturage....) et de l’interface entre bénévoles et agriculteurs.
Bien sûr cette solidarité ne devrait pas causer plus de soucis aux bénéficiaires que d’aide concrète. Les bénévoles devraient venir avec les équipement nécessaires (bottes, gants, chapeaux, sécateurs....). Les repas partagés seraient pris en commun dans la bonne humeur.
Comme la météo sera une donnée souvent capitale, nous pourrons confirmer de date précise que 3/4 jours avant le rendez vous. et dans la mesure du possible si le travail ne se passe pas sous serre nous verrons avec les agriculteurs pour préparer un plan B.
Ces coups de main devront rentrer dans le cadre d’opérations d’aide à la culture biologique et dans aucun cas pour épandre de la chimie sur les cultures.
Nous pourrions prévoir une à deux opérations par mois en fonction des besoins exprimés et du volume de bénévoles recrutés.

Agriculteurs concernés

Ce sont les maraichers de nos amaps, des marchés de producteurs locaux, les agriculteurs de la filière blés panifiables, autres à définir.

Localisation

|

Types de chantiers

Récoltes de pommes de terre, destruction des parasites (doryphores...), ramassage et décorticage des semences, arrachage des chardons, folles avoines....dans les blés, montage de tunnels...

Attentes mutuelles

Les agriculteurs devront en retirer une aide réelle.
Pour les bénévoles nous espérons que ces moments d’échange seront une source d’enrichissement sur les pratiques agricoles et permettront une meilleure compréhension des problèmes de nos agriculteurs.
Et nous l’espérons ces journées au champ seront l’occasion de belles rencontres.

Administratif

Nous allons devoir vérifier que notre assurance couvre bien tous les acteurs.
Nous pourrons essayer de récupérer des subventions pour payer les frais de déplacement si besoin.

Publié le 6 mai 2021